Parution : novembre 2019, 247 pages

ISBN-13 :978-2-924936-09-2

Code barre : 9782924936092

26.00$

Felicia Mihali

Le tarot de Cheffersville

À travers les trous creusés dans le ciel par les aurores boréales, des esprits descendent dans la taïga. Tshakapesh, le légendaire ancêtre innu, est toujours dans les environs pour leur apprendre comment survivre non seulement aux rigueurs de l’hiver boréal, mais également à leurs propres préjugés. Cette année, une Tzigane de l’Europe de l’Est, une paysanne roumaine, un voleur d’automobiles, deux prostituées, un Juif et une coiffeuse atterrissent dans les collines entourant la ville de Cheffersville. Qu’est-ce qui trouble leur paix dans l’au-delà ? Qu’est-ce qui les amène sur terre en ce septembre glacial, au galop des étalons célestes ?

Ce docu-roman s’inscrit dans un cycle ouvert en 2007 avec le « Coup de Cœur » de Renaud-Bray, Sweet, Sweet China. Débutée en Asie, la quête identitaire du personnage Augusta se poursuit dans le Grand Nord. Confrontée à la face cachée des deux solitudes, elle est aux prises avec une vie d’errance, de même qu’avec l’évidence troublante de l’âge. La leçon de Tshakapesh dans les collines glacées de la taïga est que l’amour est toujours plus fort que la haine.

Journaliste, romancière, et professeure, Felicia Mihali vit présentement à Montréal. Après des études en français, chinois et néerlandais, elle s’est spécialisée en littérature postcoloniale à l’Université de Montréal, où elle a également étudié l’histoire et la littérature anglaise. Depuis son premier roman, Le pays du fromage, paru en 2002, elle a écrit sept livres en français et deux en anglais. Présentement, Felicia partage son temps entre l’écriture dans les deux langues et l’enseignement de l’histoire.

Ce que la presse en dit

« Un travail de documentation immense sur les enjeux de l’éducation autochtone… » Éloïse Demers Pinard/Bonjour la Côte- Ici Radio-Canada

« Ce docu-roman s’inscrit dans un cycle ouvert en 2007 avec le « Coup de Cœur » de Renaud-Bray, Sweet, Sweet China. Débutée en Asie, la quête identitaire du personnage Augusta se poursuit dans le Grand Nord. Confrontée à la face cachée des deux solitudes, elle est aux prises avec une vie d’errance, de même qu’avec l’évidence troublante de l’âge. La leçon de Tshakapesh dans les collines glacées de la taïga est que l’amour est toujours plus fort que la haine. » Book-Node

« Un pas essentiel, pour l’écrivaine Felicia Mihali, car elle a osé, à travers son docu-roman, toucher le point focal des difficultés permanentes dans les sociétés multiculturelles. En témoignent les récits véhiculés dans son ouvrage, à partir duquel, elle rejoint, de manière indirecte, l’histoire même du peuple canadien. », Nathasha PembaLe sanctuaire de la culture

Un cri d’alarme insoutenable  – Felicia Mihali poursuit sa vie d’écrivaine malgré un travail d’éditrice et ne rate pas une occasion de faire des découvertes. Elle m’a surpris avec Le tarot de Cheffersville, un roman inspiré de son séjour dans le Grand Nord québécois où elle a enseigné pendant une saison où le soleil ne se lève plus. J’avoue avoir été déstabilisé par cette narration où la réalité la plus crue, les légendes et les personnages de fiction se côtoientYvon ParéLettres québécoises