Vilaines femmes, dans Lettres québécoises

« Vilaines femmes nous engange dans la lecture. Nous nous laissons porter par les propos et la clarté de l’écriture – et de la traduction. »
Laurence Pelletier, Lettres québécoises.